La poésie commence par un acte d'écriture presque involontaire, réalisé près d'une fenêtre vers l'âge de dix-sept ans. Tout en moi prédestinait à ce que cet acte soit ce qui allait donner sens à une vie marquée fatalement et tôt par la maladie. Il faut avoir l'esprit fracturé, malmené pour penser que seule l'écriture a un sens en ce monde. Vous vous habituez au fil des années à compenser la souffrance par l'acte créateur, malgré la douleur, l'horreur que représente une telle aventure. Je pensais avoir un but à atteindre, une vérité à trouver. J'aurais pu m'enfermer dans un monastère si le monde n'avait eu pour moi d'autres attentes. Certaines certitudes se sont affirmées, comme celle du surréalisme, de la pensée à trouver. Certains phares sont apparus dans la brume, certaines embarcations ont eu pour moi un sens. Il ne pouvait y avoir que la pensée qui offrait un intérêt. Je devais moi aussi prendre le "Bateau ivre", prendre mon ticket pour les mystères de ce monde.