La grille est fermée. Mot à Maux a mis les verrous. Il y en a bien des meilleurs aussi qui tombent. La vieillesse déjà ? La sagesse, peut-être. Il faut dire que ce fut quand même une belle aventure. Essayer d’avoir un regard sur la vie, ne pas se laisser embobiner par les mensonges, les discours haineux, par ceux qui voudraient tout régler comme du papier à musique… Catharsis complète de la pensée, le mot entraînant le reste dans une féerie créative, souvent menacée par les contingences du quotidien. Puisqu’il s’agit d’avoir l’âme rebelle, que les mots soient engagés avec force à l’orée du destin ! Puisque tout cela passe par le sens, la révolte et l’attention au monde ! Le miroir doit arrêter de mentir ! Puisqu’il faut se libérer, s’accorder aux sons de l’Univers ! Que ce soit en mots, en mutation, en révolution personnelle et perpétuelle… Des mots à dire. Des choses à créer. Parce que même la vie peut être plus belle. Puisqu’il ne s’agit pas d’une illusion. Osons le mot et l’affranchissement du mot. Cette alternance est propre au poète qui sait les choses essentielles. Lui qui mesure l’écart, la distance à parcourir, l’essentiel à sauver.