Daniel Brochard

 

Directeur de la revue Mot à Maux

 

Parthenay, mars 2010

 

Cher Poète,

J'ai bien lu vos poèmes. La société sacralise des Van Gogh qui, vivants, étaient miséreux. Aujourd’hui, il faut de la belle littérature, lisse et sans vagues, un temps calme donc, pour qu'il n'y ait pas un mot plus haut que l'autre. Fuyez la FNAC, la vraie littérature appartient à la rue. Fuyez les belles paroles formatées ! Ne pas faire comme d'Ormesson dans les jeux à la télé. A la limite, vous pouvez balancer votre poésie sur la façade de l'Elysée, histoire de faire parler de vous. C'est bien comme cela que l'on devient célèbre... il faut frapper, attirer les regards, puisque les génocides n'intéressent plus personne (ça passe mal à la télévision), puisque le sang se dissout très bien dans la lessive (surtout le sang des enfants et des femmes mutilées). Moi, je ne peux pas vous dire comment briller en poésie, il y a certainement des recettes que je ne connais pas. Tout cela est un peu irrationnel. Il y a des milliers de poètes... on est tous comme des cons devant la télé, la boite carcérale à faire reluire la connerie universelle. Ah, non, n'allez pas faire de vagues ! Nous serons artistes dans cent ans, en attendant il convient de la fermer. Il faut rester en ligne dans les salons, pas sur le front des mots (trop dangereux). Ben oui, la poésie que dalle, la poésie c'est vraiment très bizarre. Surtout, ne pas envoyer ses poèmes à d'Ormesson, on pourrait tous finir dans une émission de variétés, la honte du poète, le déshonneur ! Gardez vos poèmes silencieux. La poésie s'écrit dans le silence de la geôle. Soyons tous des poètes maudits à découvrir dans cent ans ! Aujourd'hui, il faut faire du tapage ou se coudre les lèvres... N'allez surtout pas émettre un vers au café, en société, ça risquerait de vous détruire... pire, vous pourriez être reconnu comme poète ! C'est bien là le début des emmerdements ! Restons lisses, polis comme des galets et l'océan charriera ses marées de pétrole. Qui a dit que la poésie a une quelconque utilité publique ? On rêve tous de finir dans des recueils (cercueils), la mort du poète, sa fin inévitable ! Le poète aussi aime le repos, le silence ! Désolé de ne pas pouvoir faire plus pour vous. Vos poèmes auraient mérité de paraître dans Mot à Maux. Bon vent quand même.